top of page
Le lit à baldaquin

Le lit à baldaquin se développe essentiellement dans les pays aisés à la fin du XVe siècle à la Renaissance. Il a à l'origine un rôle plus utilitaire que décoratif : les courtines, rideaux qui peuvent clore complètement le lit (tentures en tissus mats et d’une matière assez lourde) sont utilisées par les seigneurs et les nobles dans l'Europe médiévale pour conserver la chaleur et préserver l'intimité car leurs serviteurs dorment souvent dans la même pièce.

Il est conçu de manière que l'on puisse dormir en position assise, avec des coussins pour surélever la tête, ce qui explique la longueur restreinte des lits de cette époque. Jusqu'au XVIe siècle, ce lit est assez simple et sobre, même celui utilisé par les nobles. Lié à la notion de prestige, il devient à cette époque plus ouvragé, le luxe de la maison se concentrant notamment sur la literie : les armoiries des propriétaires s'étalent sur le ciel de lit, le dossier, les oreillers ; les travaux sculptés sur la tête de lit et les colonnes deviennent fréquents.

 

Ce lit peut même devenir un meuble d'apparat. Exécuté dans des bois précieux et souvent placé sur une estrade dans la salle d'apparat, il a pour but de donner une impression de faste et de somptuosité. Il sert également aux puissants qui donnent audience allongés sur leur lit de jour (à l'origine du lit de justice du roi).

Il devient courant dans tous les milieux sociaux au xviie siècle.

bottom of page